Corne de l’Afrique, une transition mortelle

Inévitablement l’histoire fera de la Corne de l’Afrique un haut lieu économique, en attendant la mort frappe chaque jour un peu plus.

Djibouti et Yémen lieux de passage

Il y a des coins du monde ou les continents peinent à se détacher. Djibouti et le Yémen font partie de ces pays pauvres, mais pays de passage, pour aller de l’Afrique à l’Asie.

Il y a quelques jours, quelque 300 Africains ont été intentionnellement jetés à la mer en 24 heures par des passeurs au large du Yémen, dont des dizaines sont morts ou portés disparus, illustrant le traitement inhumain dont sont victimes des migrants à la recherche d’une vie meilleure. Les migrants en provenance de la Corne de l’Afrique continuent d’affluer au Yémen, qui est pourtant un pays pauvre déchiré par la guerre, avec l’espoir d’atteindre les pays du Golfe plus riches, selon l’OIM.

Ils sont somaliens, éthiopiens et bien d’autres qui  passent souvent par Djibouti, sans s’y arrêter car la pauvreté frappe aussi ce pays, où un clan capte l’essentiel des richesses en jetant des miettes à 80 % de la population, sous l’œil goguenard des grandes puissances économiques mondiales.

Pourtant lorsqu’on regarde la richesse produite en Ethiopie ou à Djibouti, on sait qu’à terme inévitablement, l’histoire fera de la Corne de l’Afrique un haut lieu économique.

En attendant que ce règne vienne, la mort frappe chaque jour un peu plus.